Des "Piezas" et des rails (Page 2/4).


Le réseau .

Les galeries existent toujours bien que inaccèssibles désormais.
Depuis l'entrée principale, un long couloir amène à un croisement; A droite on se dirige vers la batterie et la base de la tour acc&egravre;ssible par des échelles.
Au niveau supérieur, on avait un accès direct au poste de tir mais il était aussi possible de sortie à l'arrière.
Revenons au croisement ou à gauche on trouvait le casernement ou se trouvait la bouche d'aération struée.
Tout droit on rencontre une autre bifurcation : Si on va tout droit on débouche dans la première pieza, tandit qu'a droit on arrive à une bifurcation.
Tout droit c'est la direction de la seconde pieza et a droite en biais, on s'en va vers les piezas 3 et 4.

Le trafic devait être assuré a l'aide de petits wagons et sans doute des engins de traction a accumulateurs car il n'y-a aucune trace de supports de fil aérien ou de troisière rail et pas de traces d'échappement issu d'un engin thermique (Il me parait difficilement envisageable que les wagons étaient poussés ou tirés a la main).
A noter aussi aucune trace apparente de rails au niveau de l'entrée principale (A l'air libre) mais il est possible que tout a été démonté.

Dans le tunnel.

Nous débuterons a partir de l'entrée principale.


Image satellite et tracé des souterrains.


Passé la porte il faut faire attention au début du tunnel; Le beton recouvrant l'entre voie s'est fissuré, mais, heureusement la suite du trajet est bien plus facile.


Les premiers mètres; Attention a ne pas se casser la g....



La voie decauville est certes usée mais le rail est bel et bien présent; Au moment de la construction les ouvriers ont creusé directement la gorge pour les roues des wagons.

Ne vous fiez pas a la lumière, la sortie est toute proche et le flash a fait le reste!
En fait, pour éviter que les gens se perdent, des ouvertures ont été pratiquées a chaque escalier d'accès des piezas.
N'oublions pas qu'en dehors de ces ouvertures, des trous ou se trouvaient les ascenseurs pour amener les munitions aux canons et les accès sous les mêmes canons, le noir total règne dans ces galeries!


Seul le noir et les tags regnent...


Deux vues prises au mÍme endroit de l'entrée vers la courbe.


Au bout de 50 mètres ont arrive a un virage; La galerie touche vers la gauche. Une fois les yeux habitués a l'obscurité on devine au loin une vague lueur; C'est la pieza 1.


Juste avant le virage, un regard vers l'arrière qui montre bien le sombre de l'endroit.


Après ce premier virage, la galerie est parsemée de goulottes servant pour les différents cables éléctriques.
Ces goulottes sont présentes dans tout le réseau hormis près de l'entrée principale.


Le virage, et, les goulottes servant pour les différents cables.


En approchant de la pieza 1, on arrive au carrefour.


Le couloir que nous venons de parcourir photographié en "Open flash"; Dans la réalité il y fait totalement noir.



Le carrefour.


On remarque l'enfilade des pièces du casernement donnant sur la gauche du tunnel et un couloir partant vers la droite.
Au bout du couloir droit on découvre d'autres pièces et les échellons donnant accès au niveau supérieur vers la batterie d'artillerie légère).
En revenant au couloir principal, un simple regard vers la gauche permet de découvrir les différents locaux qui servaient pour le ravitaillement; Cad que la majorité des militaires pouvait manger et se reposer en cet endroit.


Ou mêne donc se couloir ?



L'échelle qui donnait accès a la batterie ou à la tour.


Aux pages suivantes, nous monterons au niveau supérieur, puis traverserons le casernement et irons vers les piezas 3 et 4.


Page précédente

Vous visionnez la page 2 de ce reportage

Page suivante




Dossier précédent :
La gare frontière de Port Bou

Index

Dossier suivant :
La gare frontière de Cerbere


Le rail belge

Le rail en Europe

Transport urbain

Reportages divers

Les liens Voir et lire Nouveautés Le forum Newletter Fond écran A propos Mail
Plan du site Livre d'or La sécurité Quizz Le blog Les vidéos Je plonge Mes amis