L'ancien canal Bruxelles-Charleroi (Page 1/3)


Quelque part dans le brabant wallon...

En étant à Bruxelles, et, en partant vers le sud du pays, vous rencontrerez à +/- 20km a vol d'oiseau le village de Ronquieres.
Ce village est traversée par la Senette, mais surtout pas le canal de Bruxelles à Charleroi.
Il s'agit d'un canal de classe IV accèssible aux navires de 1350 tonnes.
La longueur de l'ouvrage est de 47,8 kilomètres, et possède un ouvrage remarquable : Le plan incliné de Ronquieres (Reportage dans ce site même).

Le problème, c'est que ce canal reliant les deux villes n'est pas le premier, deux autres canaux l'ont précédé.
L'un au gabarit de 70 tonnes et, le second au gabarit de 300 tonnes.
L'historique du canal s'étalle sur presque deux siè:cles...

S'il ne reste plus rien du premier canal hormis un morceau de souterrain, en revanche, le second possède encore plusieurs sections (Non navigables), dont l'une nous intéresse particulièrement.
En effet, il existe encore un tronçon long de +/- 20 km, et, surtout, parcourable à pied ou à vélo.
Il recelle de bien belles choses a observer; C'est la raison d'être de ce reportage.

Historique.

Le canal à 70 tonnes fut construit et terminé en 1832.
Au sommet de ce premier canal, on trouvait un tunnel; Un morceau subsiste encore et sert comme abri pour les chauves souris, c'est tout ce qu'il reste de ce canal.


L'entrée subsistante du tunnel est bien cachée dans une des tranchées du nouveau canal.



L'intérieur du tunnel.


Vingt ans plus tard, on commence déjà les travaux du canal à 300 tonnes, ce dernier sera opérationnel en 1885.
Il possède aussi un souterrain toujours complet mais bien évidemment non navigable depuis bien longtemps; Nous en reparlerons par la suite.

A partir de 1933, la partie basse du canal (De Clabecq à Bruxelles) est déjà apte au gabarit de 1350 tonnes.
La suite est logique...

Sous la pression des industriel de la province du Hainaut, les travaux de mise a grand gabarit du restant du canal commencent en 1948 pour se terminer en 1968 avec la mise en service du plan incliné de Ronquieres.
Entre Clabecq et Godarville il a fallu cette fois ci construire - Carrément - un nouveau canal.
Entre Godarville et Charleroi le canal fut adapté.


Le canal moderne à hauteur de Godarville.


L'ouvrage terminé, l'ancien canal n'ayant évidemment plus de raison d'être, la voie d'eau à 300 tonnes disparait, mais, par chance, l'ancien tracé dédoublé et désaffecté est parcourable à pied ou à vélo.
J'ai d'ailleurs déjà eu le plaisir de parcourir cet ancien canal à deux roues à plusieurs reprises!
A votre tour de le découvrir!

De Ronquieres à Godarville.

De Ronquieres, il suffit de traverser le nouveau canal, pour trouver l'ancien.
A noter que les deux canaux communiquent avec des écluses, deux servent encore de temps à autre.
L'écluse n 28 met les deux canaux en communication.


Le sas de l'écluse, et, en arrière plan le canal à 1350 tonnes.



Le volant permettant d'isoler ou de mettre en communication le sas et le bief.



L'ultime chute...


Sitôt l'écluse passée, le plan d'eau s'élargi et tourne à 90 degrés pour aboutir à l'écluse n27.
C'est la seconde écluse qui permet encore le passage de bateaux, c'est aussi la dernière.


Porte aval de l'écluse.



L'autre chute d'eau.


En amont du second sas, s'étire un plan d'eau ou stationnent un nombre assez important d'anciens bateaux, en majorité des péniches.
Elles servent d'habitation en fait.


Vue aérienne des deux canaux, des deux premières écluses, et, des nombreux bateaux.
Document Google Earth.


Au bout de ce bief, on arrive à une nouvelle écluse, mais, cette fois ci hors service, tout comme toutes celles qui vont suivre.
Toutefois, il-y-a toujours une chute d'eau.


A la place des portes, une jolie cascade.



La cascade depuis le bas.



Le sas et le bief amont désertés.



La maison de l'éclusier reconvertie en habitation privée.


Continuons la promenade, vers Seneffe; Nous allons de suite à l'écluse n 23.
Rassurez vous, je ne vais pas vous montrer toutes les écluses, et ce d'autant plus que jusqu'à Seneffe, il-y-en a 16!

Ce qui frappe le plus en ce promenant le long de ce canal, c'est le silence et le calme.
Cela ajoute au plaisir de la promenade!
Après tout, un peu de tranquilité et d'insouciance ne peut pas faire de mal.


La vététation a repris ses droits!



La maison de l'éclusier abandonnée.



Silence et stagnement...


La promenade continue, les ouvrages de ressemblent mais il-y-a d'autres surprises!

Vous visionnez la page 1 de ce reportage

Page suivante




Dossier précédent :
Doel : Le village menacé

Index

Dossier suivant :
Doel : Le pont transbordeur de Rochefort


Le rail belge

Le rail en Europe

Transport urbain

Reportages divers

Les liens Voir et lire Nouveautés Le forum Newletter Fond écran A propos Mail
Plan du site Livre d'or La sécurité Quizz Le blog Les vidéos Je plonge Mes amis